Bewegungsstiftung

Allemagne: riche héritier sponsorise jeune rebelle

Rue89 vom 04. Otober 2008

Une fondation allemande rémunère des militants du monde alternatif pur qu'ils se consacrent entièrement á leur cause.

von Stéphanie Pichon

(De Berlin) Dans une roulotte de la région de Lüneburg, en Allemagne, vit Cécile Lecomte. Une Française de 26 ans, championne d'escalade, à la carrière de prof écourtée par un militantisme antinucléaire trop envahissant, selon ses employeurs.

Au début de l'année, elle attirait les caméras de toute l'Allemagne pour avoir arrêté seule un train simulant un transport de déchet nucléaire. (Voir la vidéo, sur le site de la WDR.)

Fin septembre, elle passait une journée en prison pour avoir refusé de payer une amende de 5 euros. Depuis qu'elle ne travaille plus comme prof, son militantisme l’occupe à plein temps. « C’est un choix de vie. Je m’engage à plein temps, cela a des conséquences sur ma vie personnelle. » Notamment de vivre avec seulement 300 euros par mois. Ce qui lui suffit, dit-elle. Ou presque.

Depuis cet été, elle a été acceptée dans les rangs des « Bewegungsmitarbeiter », militants super-actifs sponsorisés par la fondation allemande Bewegungsstiftung (fondation du mouvement). Ce qui devrait l'aider à boucler ses fins de mois : si ses actions plaisent, d'autres généreux donateurs pourraient se manifester.

40 à 60 parrains donnent en moyenne 1 000 euros par mois à chaque travailleur.

Cette fondation, qui réunit de riches héritiers, s’est donné comme objectif de changer la société en soutenant les plus virulents de ses mouvements sociaux. Sans oublier les individualités qui les portent.

 

Sur son site, huit travailleurs des mouvements sociaux peuvent actuellement être parrainés par des donateurs. Chacun a sa fiche de présentation, ses faits d'arme, son pedigree d’agitateur :

  • Jürgen Heiser, 57 ans, militant contre la peine de mort et pour la libération de Mumia Abu Jamal.
  • Edgar Schu, 39 ans, engagé pour les droits des salariés e
  • Stéphanie Mayfield 22 ans, jeune militante féministe.
  • Libre ensuite à chaque parrain de verser une somme mensuelle au travailleur de son choix. Minimum 10 euros. Le but, c'est qu'ils puissent militer à plein temps. Ils font véritablement un travail, estime Félix Kolb, 34 ans, l'un des créateurs de la fondation:

    Nous ne les finançons pas directement. Nous leur offrons une sorte de plate-forme à travers laquelle ils peuvent trouver des sponsors. Aujourd'hui, nous avons en tout 40 à 60 parrains qui donnent en moyenne 1 000 euros par mois à chaque travailleur.

    Les fondateurs ? Trois héritiers de moins de 30 ans, militants alternatifs

    Les candidatures sont jugées à l'aune de l’engagement politique, et surtout du caractère protestataire des actions. Pas vraiment dans la lignée des fondations caritatives à papa au penchant conservateur.

    Sans être affiliée à un parti, la Bewegungsstiftung s'inscrit résolument sur une scène ancrée à la gauche de la gauche. En 2002, les trois fondateurs ont moins de 30 ans, sont tous engagés dans des mouvements alternatifs, et viennent tout juste d’hériter de grosses sommes d’argent.

    Qu’en faire ? L’injecter dans l’énergie contestataire, décident-ils. L’initiative séduit d’autres fortunés mal à l’aise avec leur pécule. En six ans d’existence, la Bewegungsstiftung a brassé 3,9 millions d'euros et a réuni 86 donateurs, de tous âges et tous milieux sociaux. L'argent y est employé le plus rationnellement possible pour changer la société sur le modèle de fondations alternatives américaines des années 70 - la Haymarket People Fund's, fondées en 1974.

    Une vraie renaissance de fondations plus revendicatives en Allemagne

    La fondation est un genre en vogue en Allemagne. L'an dernier, 1 134 nouvelles fondations ont été créées, du jamais vu. Le phénomène s’explique en partie par les nouvelles mesures fiscales favorables mises en place par le gouvernement allemand l’an dernier. Au total, il en existe aujourd'hui 15 500 dans tout le pays qui affichent près de 70 milliards d'euros d'avoirs, selon l'Association fédérale des fondations allemandes (Bundesverband Deutscher Stiftungen).

    Toutes sont loin de financer les mouvements de remise en cause de la société capitaliste. « La majorité servent à rendre stable une société injuste », juge Felix Kolb. La sienne, au contraire, attise la fonction protestataire et encourage le changement. Ces dernières années, elle a soutenu les campagnes de mouvements comme Attac ou le groupe LobbyControl.

    Mais Kolb note aussi une vraie renaissance de fondations plus revendicatives en Allemagne ces dix dernières années. Comme Umverteilen ( »redistribuer en allemand), l’une des pionnières, créée en 1986 par Ulf Mann et qui affiche aujourd'hui un capital de 18 millions d'euros ; ou Filia, fondation militante (27 donatrices et 236 000 euros redistribués en 2007), qui soutient et encourage un changement de société (...) dans l'intérêt des femmes.

    Quand on demande à Felix Kolb s’il regrette d’avoir investi sa fortune dans cette fondation, il répond du tac au tac « je ne regrette rien ». Après un silence, il précise : « Aucun de nous n’a donné tout son argent. »

    www.rue89.com

Über uns

Die Bewegungsstiftung fördert soziale Bewegungen mit Zuschüssen und Beratung.

Fordern Sie Ihr kostenloses Info-Paket an! Oder erfahren Sie mehr in unserem Film.

Newsletter


Wir informieren Sie regelmäßig datenschutzkonform über die Arbeit der Stiftung.

Facebook Icon (by Dan Leech) Besuchen Sie uns
bei Facebook

(Wir empfehlen, aus Datenschutzgründen Facebook stets in einem gesonderten Browser zu nutzen.)

Twitter Icon (by Dan Leech) Folgen Sie uns
bei Twitter

Jetzt Stifter*in werden! Protestbewegungen stärken 
und Teil des Netzwerks
werden!

Protest direkt unterstützen!
Mit einer Spende
in den Fördertopf 

Engagement möglich machen! Werden Sie Pat*in einer Bewegungsarbeiter*in.
Ab 10 Euro im Monat

Sie wollen die Welt verändern?
Wir unterstützen Sie mit Geld
und Beratung! Alle Infos finden Sie hier

Bewegungsstiftung
Artilleriestraße 6, 27283 Verden
info@bewegungsstiftung.de
PGP-Schlüssel
Telefon: 04231 - 957 540
Fax: 04231 - 957 541
Twitter: @bstiftung

Konto
Nr.: 46 314 400 | BLZ: 430 609 67 
GLS Gemeinschaftsbank
BIC: GENODEM1GLS 
IBAN:
DE56 4306 0967 0046 3144 00